Plasticité synaptique - La mémoire peut être effacée puis restaurée

Plasticité synaptiqueLa mémoire peut être effacée puis restaurée

05.06.2014

Des chercheurs californiens sont parvenus chez des rats conditionnés à faire disparaître puis réapparaître un comportement de peur, en stimulant les synapses à la bonne fréquence. Cette preuve de plasticité cérébrale pourrait être utilisée dans la maladie d’Alzheimer.

Comme pour le son d’un matériel Hi-Fi, la mémoire peut disparaître en mettant le volume à zéro et réapparaître en rétablissant l’intensité à son niveau initial.

En faisant appel à l’optogénétique, des chercheurs californiens sont enfin parvenus à en faire la démonstration chez le rat. Il est possible « d’effacer » un souvenir spécifique puis de le « restaurer », via la stimulation des synapses à la fréquence requise. C’est ainsi qu’en inactivant puis en activant directement au...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires