Une campagne du Comité français de lutte contre l’HTA - Aider l’hypertendu à mieux comprendre son long parcours de soin

Une campagne du Comité français de lutte contre l’HTAAider l’hypertendu à mieux comprendre son long parcours de soin

19.12.2013

L’hypertension artérielle (HTA) est le premier motif de consultation en médecine générale. Elle nécessite des visites régulières portant à plus de 41 millions le nombre de consultations annuelles en France. La nouvelle campagne d’information et de prévention, lancée le 18 décembre, a pour objectif de sensibiliser les patients hypertendus aux différents types de consultations qu’ils sont amenés à suivre tout au long de leur vie.

  • La campagne vise notamment à mieux préparer chaque consultation

L’HTA touche plus de 12 millions de personnes âgées de 35 ans et plus. C’est la maladie chronique la plus fréquente en France, quatre fois plus que le diabète. Un hypertendu consulte son médecin généraliste six à dix fois par an, soit pour renouveler son ordonnance, soit pour soigner les maladies associées à l’HTA. Le cas d’un patient nouvellement diagnostiqué ne doit pas être banalisé par le corps médical ; les premiers instants de rencontre sont les éléments fondateurs de la réussite de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Buzyn

Agnès Buzyn pour la fermeture des « coffee-shops » à la française

Invitée sur RTL dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn insiste sur l'illégalité de la vente de cannabis contenant du THC, quel que soit son taux. Opposée à la légalisation et à la dépénalisation du cannabis, elle se montre... 2

Partenaires