Des signes extra-thoraciques incitent à la vigilance - Les femmes sont plus à risque d’infarctus silencieux

Des signes extra-thoraciques incitent à la vigilanceLes femmes sont plus à risque d’infarctus silencieux

23.09.2013

Une étude chez les sujets jeunes (≤?55 ans) montre que les femmes présentent davantage de syndrome coronaire aigu silencieux que les hommes, sans que la cause soit clairement identifiée. Si les symptômes extra-thoraciques sont moins fréquents en cas de SCA sans douleur thoracique, l’un d’entre eux au moins est constamment retrouvé. La gravité du SCA n’est pas significativement différente, qu’il s’accompagne ou non d’une douleur.

  • L’absence de douleur expose à un retard diagnostique

L’ABSENCE DE DOULEUR n’est pas synonyme de meilleur pronostic. C’est particulièrement vrai en cas de syndrome coronaire aigu (SCA), au cours duquel l’absence de son signe cardinal, la douleur thoracique (DT), expose à une mortalité plus élevée en raison du retard diagnostic. Comme constaté précédemment dans une population plus âgée, le risque guetterait davantage les femmes que les hommes. Selon une étude canadienne chez 1 015 patients âgés de moins de 55 ans, la proportion de SCA...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires