Sur une population à haut risque en prévention primaire - La diète méditerranéenne : ça marche ! Vraiment

Sur une population à haut risque en prévention primaireLa diète méditerranéenne : ça marche ! Vraiment

07.03.2013

Une très belle étude espagnole publiée dans le « New England Journal of Medicine » vient combler le vide laissé depuis la Lyon Diet Study de 1999 (encadré) et rassurer tous les professionnels de santé qui passent du temps à délivrer des conseils nutritionnels. La diète méditerranéenne donne une nouvelle preuve de ses bénéfices. Supplémentée en huile d’olive extravierge ou en noix/noisettes/amandes, cette alimentation réduit le risque d’événements cardio-vasculaires majeurs de 30 % dans une population à haut risque. Trois événements peuvent être évités pour 1 000 personnes « traitées » pendant un an.

  • Les participants de PREDIMED ont eu des recommandations pour la consommation de chaque composant...

LA DIÈTE MÉDITERRANÉENNE comporte certaines caractéristiques a priori bien connues, mais qu’il est bon de rappeler : apport élevé en huile d’olive, noix, fruits, légumes, céréales ; un apport modéré en poissons et volailles et faible en viande rouge, charcuterie, sucrerie. Du vin consommé avec modération au moment des repas.

Dans ce dernier travail, les sujets inclus sont âgés de 55 à 80 ans pour les hommes et de 60 à 80 ans pour les femmes, sans antécédent cardio-vasculaire...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires