Encore mal acceptée en France - La contraception définitive gagne du terrain

Encore mal acceptée en FranceLa contraception définitive gagne du terrain

21.02.2013

Encore trop de femmes et de médecins méconnaissent les différentes techniques de la contraception définitive. La France est un des derniers pays européens à l’avoir légalisée, et la procédure reste marginale car son irréversibilité dérange à la fois le corps médical et le grand public.

EN FRANCE, Il a fallu attendre la loi du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception, pour que le recours à la contraception définitive soit légalisé. Avant cette loi, les femmes ne pouvaient pas envisager la stérilisation pour des besoins contraceptifs, ce recours n’était possible qu’en cas de nécessité thérapeutique. Peu à peu, le terme thérapeutique a été remplacé par du médical et on est arrivé à une possibilité de choix contraceptif selon la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
OTC

À la Une L'automédication à la recherche d'un second souffle Abonné

Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole : l'automédication semble en mauvaise posture. Pourtant, des nouvelles stratégies industrielles et commerciales laissent espérer un sursaut à ce segment qui doit encore trouver sa place dans le parcours de soins. 2

Partenaires