La protéine Tat, une approche intéressante - Un vaccin curatif anti-VIH à l’essai chez les séropositifs

La protéine Tat, une approche intéressanteUn vaccin curatif anti-VIH à l’essai chez les séropositifs

04.02.2013

L’équipe du Dr Erwann Loret va lancer en février le premier essai testant un vaccin anti-VIH ciblé sur la protéine Tat chez des patients séropositifs ayant une charge virale indétectable sous antirétroviraux. Le Pr Jean-François Delfraissy explique l’enjeu d’un tel vaccin.

  • L’objectif d’une vaccination est de stimuler la réponse immunitaire

CE N’EST PAS le premier vaccin anti-VIH à l’essai. « Actuellement, il existe 25 essais à visée thérapeutique dans le monde, explique le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le Sida (ANRS). Il en existe une douzaine à visée préventive. L’approche de l’équipe du Dr Erwann Loret à Marseille fait suite à une démarche classique et s’appuie de façon originale sur la protéine Tat. Cette protéine extracellulaire, qui a une activité immunosuppressive,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires