Plus de 3 000 SMS envoyés par mois - L’addiction au téléphone portable ressemble aux achats compulsifs

Plus de 3 000 SMS envoyés par moisL’addiction au téléphone portable ressemble aux achats compulsifs

06.12.2012

Selon une équipe de chercheurs américains, l’addiction au téléphone portable est similaire à d’autres addictions comportementales et notamment à celle des achats compulsifs.

  • L’équivalent de la sucette des tout-petits

« LE MATÉRIALISME et l’impulsivité qui sous-tendent l’addiction au téléphone portable et aux SMS (messages instantanés, “short message service”) peuvent être comparés aux pathologies de la consommation, tels les achats compulsifs et l’usage immodéré de la carte de crédit », selon les conclusions de l’étude émanant de l’université Baylor.

« Les téléphones cellulaires font partie intégrante de notre culture de consommation », explique James Roberts, l’un des auteurs. « Ils ne sont pas...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires