Des comportements très différents en Europe - Nouveau plaidoyer aux États-Unis contre le dépistage du cancer du sein

Des comportements très différents en EuropeNouveau plaidoyer aux États-Unis contre le dépistage du cancer du sein

03.12.2012

Une équipe dirigée par Gilbert Welch, chantre outre-Atlantique de l’anti- « overdiagnosed », publie une analyse troublante sur les trente ans de dépistage organisé du cancer du sein aux États-Unis. La diminution de mortalité ne compenserait pas les dangers liés au surdiagnostic. Alors que cette étude vient contredire une récente publication du « Lancet », le Dr Brigitte Séradour souligne, dans un entretien avec « le Quotidien », l’application différente qui est faite du principe de précaution d’un continent à l’autre.

  • Aux États-Unis, dépistage dès 40 ans

DÉCIDÉMENT, bien difficile de clore le débat sur le dépistage organisé du cancer du sein. Alors qu’une récente étude britannique publiée dans le «?Lancet?» pensait « mettre un point final à cette controverse » en concluant au bénéfice sur la mortalité du dépistage d’après l’analyse d’une douzaine d’études européennes et américaines, une équipe américaine dirigée par Gilbert Welch, auteur à succès outre-Atlantique sur les dangers du surdiagnostic médical en général, vient de publier une...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires