Il inhibe la réparation des cassures d’ADN - Un autoanticorps du lupus pourrait traiter certains cancers héréditaires ou non

Il inhibe la réparation des cassures d’ADNUn autoanticorps du lupus pourrait traiter certains cancers héréditaires ou non

08.11.2012

Des chercheurs rapportent la surprenante découverte qu’un anticorps du lupus pénétrant la cellule, appelé 3E10, inhibe la réparation d’ADN et pourrait être utilisé pour traiter le cancer, notamment les cancers déficients en réparation d’ADN, tout en épargnant les cellules normales. Son innocuité a déjà été démontrée.

LE LUPUS ÉRYTHÉMATEUX DISSÉMINÉ (LED) est caractérisé par la production d’autoanticorps circulants réactifs contre l’ADN, dont un sous-groupe pénètre les cellules et le noyau. De nombreux autoanticorps du lupus sont toxiques pour les cellules. Toutefois, l’un d’entre eux, le 3E10, un anti-ADN qui n’est pas nocif pour les cellules et les tissus, a été isolé sur un modèle murin de LED.

Cet anticorps a déjà prouvé son innocuité dans un essai de phase I de vaccin potentiel pour le LED,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.