Un impact sur le cerveau des enfants - Les dangers des organophosphorés pendant la grossesse

Un impact sur le cerveau des enfantsLes dangers des organophosphorés pendant la grossesse

11.06.2012

L’exposition de femmes enceintes aux organophosphorés, même à des doses inférieures au seuil admis de toxicité, peut avoir des effets préjudiciables, tels un déficit cognitif ou une réduction du quotient intellectuel, chez leurs enfants. Aujourd’hui, c’est l’existence d’anomalies cérébrales structurelles que met en évidence une étude américaine. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) faite chez quarante enfants de mère exposée apporte, pour la première fois chez l’homme, la preuve de l’impact structurel de ces pesticides dans plusieurs régions cérébrales de contrôle de la cognition.

Jusqu’ici, la preuve « par l’anatomie » des conséquences de l’exposition à des doses « non toxiques » d’organophosphorés sur le cerveau (épaisseur corticale, nombre de cellules gliales dans certaines formations de la cognition) n’avait été faite que chez l’animal. Qu’en est-il dans l’espèce humaine ? L’équipe de Bradley Peterson a sélectionné 40 enfants (de 5,9 à 11,2 ans) au sein d’une cohorte de 369 enfants exposés avant la naissance à plusieurs toxiques : le chlorpyrifos (CPF, un...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires