La consommation inversement associée à la mortalité - Boire du café ne nuit pas à la santé

La consommation inversement associée à la mortalitéBoire du café ne nuit pas à la santé

24.05.2012

Boire du café pourrait ne pas nuire à la santé après tout, selon une vaste étude prospective d’une population âgée (50 à 71 ans) suivie pendant quatorze ans. Les grands buveurs de café (au moins 6 tasses/j), même décaféiné, ont une mortalité plus faible, de 10 à 15 %, par rapport à ceux qui ne boivent jamais de café. On observe une association inverse entre la consommation de café et toutes les causes majeures de décès, à l’exception du cancer. Il reste à savoir toutefois s’il s’agit d’une relation de cause à effet.

  • Des résultats identiques que le café soit caféiné ou décaféiné

« PUISQU’IL S’AGIT d’une étude d’observation, il est impossible d’établir une relation de cause à effet entre la consommation de café et un moindre risque de décès. Toutefois, nos résultats fournissent l’assurance que boire du café ne nuit pas à la santé », explique au « Quotidien » le Dr Neal Freedman, épidémiologiste au National Cancer Institute (NIH, Bethesda, États-Unis).

« Les futures études devront confirmer ces résultats dans d’autres populations. Puisque le café contient des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires