Un immense impact pour le diagnostic et le traitement - Il y aurait dix types de cancer du sein

Un immense impact pour le diagnostic et le traitementIl y aurait dix types de cancer du sein

26.04.2012

Une nouvelle stratification moléculaire des cancers du sein, comprenant de nouveaux sous-groupes de tumeurs ayant une évolution clinique distincte, vient d’être établie par une équipe internationale qui a analysé l’architecture génomique et transcriptomique de 2 000 échantillons de cancers du sein. Cette classification décrit le cancer du sein comme dix maladies différentes. Cette étude pourrait avoir un immense impact dans les années à venir pour le diagnostic et le traitement du cancer.

  • Vers une nouvelle classification des cancers du sein

« CETTE ÉTUDE phare porte sur une collection de près de 2 000 échantillons de cancers du sein. Chaque tumeur a été analysée pour ses mutations ADN, et celles-ci ont été examinées ensuite afin de déterminer comment elles altèrent l’expression génique », explique au «?Quotidien?» le Pr Sohrab Shah (University of British Columbia, Canada), un des chercheurs de l’équipe internationale.

Les chercheurs ont analysé le nombre de copies et l’expression génique dans une première série de 997...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires