Alopécie de l’homme, voire de la femme - Un espoir dans la calvitie : une molécule testée dans l’asthme

Alopécie de l’homme, voire de la femmeUn espoir dans la calvitie : une molécule testée dans l’asthme

29.03.2012

Des chercheurs ont découvert que la prostaglandine D2 (PGD2) inhibe la croissance du cheveu, par le biais du récepteur GPR44. Cette voie PGD2-GPR44 pourrait donc servir de nouvelle cible pour développer des traitements contre l’alopécie androgénétique

  • La testostérone, des facteurs génétiques et des facteurs encore inconnus

L’ALOPÉCIE androgénétique, qui se traduit par un amincissement et une chute des cheveux progressive, touche à des degrés divers environ 80 % des hommes caucasiens, souvent aux alentours de 40 ans, parfois plus tôt. Elle affecte également 40 % des femmes, mais de façon moins spectaculaire et plus tardive (après la ménopause).

La testostérone joue un rôle, ainsi que des facteurs génétiques et d’autres facteurs encore inconnus.

Dans les zones dégarnies ou chauves, les follicules...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
médicament à l'unité

Dispensation à l’unité : feu vert des députés

La délivrance des médicaments à l’unité a été adoptée par les députés le 13 décembre. Le gouvernement s’engage à consulter les pharmaciens préalablement à la rédaction des décrets d’application. La dispensation à l’unité sera... 11

Partenaires