Bronzage et sécurité dermatologique - Photoderm repousse les limites de la protection solaire

Bronzage et sécurité dermatologiquePhotoderm repousse les limites de la protection solaire

22.03.2012

Certaines peaux ont une photosensibilité extrême et fuient le soleil, d’autres sont allergiques et le supportent difficilement, et d’autres encore, moins sensibles, recherchent un bronzage sublimé. Les solaires Photoderm de l’été 2012 en font encore plus pour les satisfaire et apportent une triple réponse.

  • Une protection inédite

EN 2004, Bioderma a été l’inventeur du brevet exclusif Bioprotection Cellulaire qui, depuis, est intégré dans tous les produits de la gamme Photoderm. Il agit en complément des systèmes filtrants UVA/UVB pour activer les systèmes de défense naturelle de la peau. Il protège l’ADN cellulaire des dommages induits par les UV et prévient le vieillissement cutané prématuré.

En 2012, le soin solaire Photoderm Sensitive augmente le seuil de tolérance et propose la première protection SPF50+...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires