Mieux vaut 41 semaines d’aménorrhée que 37 - Naître à terme, un gage de meilleure santé

Mieux vaut 41 semaines d’aménorrhée que 37Naître à terme, un gage de meilleure santé

12.03.2012

Selon une étude britannique, se contenter de dépasser

  • Non prématurés mais "?nés en avance?»

L’HEURE, c’est l’heure. Eh bien, cet adage s’applique aussi en obstétrique ! On l’avait presque oublié, mais mener une grossesse à son terme, c’est la mener jusqu’à 41 SA (semaines d’aménorrhée). Certes, toutes les équipes obstétricales du monde entier font tout pour éviter les complications liées à la grande et à la très grande prématurité. Alors, une fois le cap des 37 SA passé, tout le monde souffle. Pour autant, il reste que naître à 37 SA ne serait pas équivalent à naître à 41 SA en...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
besset

« Continuez à substituer, même en cas d'égalité des prix ! »

Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), appelle les confrères à continuer la substitution, même en cas d'alignement des prix du princeps sur les génériques, « pour la survie de... 7

Partenaires