Pour le bon développement de la flore intestinale - Un lait pour les bébés nés par césarienne

Pour le bon développement de la flore intestinaleUn lait pour les bébés nés par césarienne

06.02.2012

En 2010, la césarienne représentait une naissance sur cinq en France. Cet acte est loin d’être anodin et a des conséquences sur la santé de la mère et de l’enfant. Chez l’enfant, elle a un impact défavorable sur l’implantation d’un microbiote intestinal équilibré. C’est pourquoi Novalac a élaboré une formule infantile qui participe au bon développement d’une flore intestinale protectrice chez les nourrissons nés par césarienne, en l’absence d’allaitement maternel.

  • Une naissance sur cinq se fait par césarienne

LE TAUX de césariennes pra-tiquées en France est en augmentation continue. Selon le Pr Dominique Luton (hôpital Beaujon à Clichy), les raisons de surcroît à cet acte sont multiples, dont les progrès technologiques comme le monitorage électronique et les grossesses tardives. « Certes, ce geste peut sauver la mère et l’enfant dans certaines circonstances, mais il a des indications précises et il ne faut pas en faire une dérive de notre société au nom d’une pseudo-sécurité, et une convenance...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires