Innocuité des édulcorants - Les défenseurs de l’aspartame contre-attaquent

Innocuité des édulcorantsLes défenseurs de l’aspartame contre-attaquent

19.12.2011

Alors qu’une réévaluation est en cours au niveau européen et que l’Agence nationalede sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) examine d’éventuelles recommandations notamment pour les femmes enceintes, l’Association internationale pour les édulcorants juge infondées les attaques récurrentes dont fait l’objet l’aspartame. Une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CRÉDOC) souligne que seulement un Français sur cinq en consomme au moins une fois par semaine.

  • Pas de risques identifiés à condition de respecter le dose journalière admissible

LE PRÉSIDENT du groupe ISA France (association internationale pour les édulcorants), Hugues Pitre, regrette « les attaques récurrentes et la désinformation dont l’aspartame fait l’objet depuis de nombreuses années alors que le consensus scientifique est très clair, comme en témoigne, en 2011, la confirmation de son innocuité, même sur les personnes les plus fragiles, par les Agences de sécurité française (ANSES) et européenne (EFSA) ». Pour le Pr Marc Fantino (CHU de Dijon), au regard des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
plfss

À la Une Des missions en plus, de l'argent en moins Abonné

Feuille de route du système de santé pour la prochaine année, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2020 a été adopté par l’Assemblée nationale le 3 décembre. Il contient quelques avancées notables pour l’exercice officinal dans un cadre budgétaire qui demeure, une fois de plus, très contraint. 4

Partenaires