Le tatou, une bombe à retardement - Un cas de lèpre chez un séropositif

Le tatou, une bombe à retardementUn cas de lèpre chez un séropositif

17.11.2011

Un homme de 41 ans, séropositif pour le VIH, a développé une forme borderline de lèpre probablement contractée en chassant le tatou - réservoir naturel du bacille - de nombreuses années auparavant.

  • Des contacts avec les tatous dans le sud des États-Unis

ON NE PENSE pas souvent à l’infection par Mycobacterium leprae chez les sujets infectés par le VIH. Pourtant, elle peut exister et prendre une présentation de lèpre tuberculoïde borderline, comme le rappelle la publication d’un cas dans le « New England Journal of Medicine ». Ce qui est encore plus inhabituel est la circonstance de la contamination, via le tatou, un réservoir naturel potentiel de la maladie, avec des zoonoses là où il est présent.

L’histoire est celle d’un homme de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
interpro

À la une Grand débat : les pharmaciens donnent de la voix Abonné

Quelle place occupe la santé et ceux qui en sont responsables au cœur du grand débat national ? Pour le savoir, une enquête exceptionnelle a été menée par Odoxa pour le groupe GPS (Groupe profession santé). Ses résultats montrent les aspirations, les critiques mais aussi les pistes préconisées par les acteurs du secteur pour améliorer le fonctionnement du système de santé et répondre aux enjeux... Commenter

Partenaires