Le cocktail à remonter le temps - Une équipe INSERM rajeunit des cellules de centenaires

Le cocktail à remonter le tempsUne équipe INSERM rajeunit des cellules de centenaires

07.11.2011

L’équipe AVENIR INSERM « Plasticité génomique et vieillissement », dirigée par Jean-Marc Lemaître*, est parvenue à rajeunir des cellules de donneurs âgés de plus de 100 ans. Cela en transformant des fibroblastes cutanés en cellules souches pluripotentes induites (iPSC) à l’aide d’un nouveau cocktail de six facteurs génétiques. Les marqueurs de l’âge des cellules ont été effacés et les iPSC obtenues ont acquis un métabolisme rajeuni, leur permettant de reproduire des cellules fonctionnelles de tout type avec une capacité de prolifération accrue.

  • Des donneurs de cellules de plus de 100 ans

CES CELLULES ÂGÉES, reprogrammées in vitro en cellules souches pluripotentes (iPSC, induced Pluripotent Stem Cells) ont retrouvé leur jeunesse et les caractéristiques des cellules souches embryonnaires : elles sont capables de se différencier en n’importe quelle cellule de l’organisme.

Ces résultats constituent une avancée importante pour la recherche sur le développement pathologique du vieillissement et une nouvelle étape vers la médecine régénérative.

Depuis 2007, quelques...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires