Une alternative pour traiter la rhinite allergique - Un nouvel antihistaminique de deuxième génération

Une alternative pour traiter la rhinite allergiqueUn nouvel antihistaminique de deuxième génération

24.10.2011

Au cours des dernières décennies, la fréquence des allergies n’a cessé d’augmenter, notamment celle de la rhinite allergique qui affecte aujourd’hui près d’un tiers des Français, en particulier les jeunes. Les recommandations de l’ARIA* sur sa prise en charge ont été révisées en 2010 et c’est pour mieux y répondre que les Laboratoires Menarini lancent un nouvel antihistaminique antiH1, Bilaska.

BILASKA a pour principe actif la bilastine, une molécule originale qui n’est ni un énantiomère ni un métabolite actif d’une molécule déjà existante, contrairement à tous les antiH1 mis à la disposition du corps médical depuis 2001. Cet antihistaminique de deuxième génération est doté d’une efficacité tant sur la rhinoconjonctivite allergique (saisonnière et perannuelle) que sur l’urticaire. Il agit spécifiquement sur les récepteurs H1 de l’histamine et le fait de ne pas avoir besoin d...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires