La BPCO, une maladie qui se féminise - Agir précocement pour ne pas être à bout de souffle

La BPCO, une maladie qui se féminiseAgir précocement pour ne pas être à bout de souffle

22.09.2011

La BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive) touche 3,5 millions de personnes en France, soit 6 à 8 % de la population adulte et elle pourrait passer en 2020 à la troisième place des causes de mortalité par maladie. Dans de nombreux pays industrialisés, la BPCO augmente plus rapidement chez les femmes que chez les hommes. Ainsi, en France, 40 % des malades atteints de BPCO sont des femmes, un phénomène principalement lié à l’augmentation du tabagisme féminin.

  • Agir précocement pour ne pas être à bout de souffle - 1

MALGRÉ les campagnes de prévention, la BPCO reste méconnue et sous-diagnostiquée. On estime que deux malades sur trois ne seraient pas diagnostiqués ou le seraient tardivement. Elle cause, pourtant, 16 000 décès par an chez les adultes d’au moins 45 ans. « Nous ne sommes pas tous égaux face aux méfaits du tabac et à tabagisme égal, les femmes sont plus vulnérables, elles ont une altération de la fonction respiratoire plus rapide que les hommes, constate Chantal Raherison (CHU de Bordeaux)...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires