Une avancée dans le traitement de la sensibilité dentinaire - Une couche d’hydroxyapatite de substitution réparatrice et protectrice

Une avancée dans le traitement de la sensibilité dentinaireUne couche d’hydroxyapatite de substitution réparatrice et protectrice

26.05.2011

La sensibilité dentinaire est un problème largement répandu, 46 % des Français en souffrent mais n’utilisent pas de dentifrice adapté. Pour la première fois, la technologie NovaMin, efficace dans la réparation osseuse, est utilisée pour les soins bucco-dentaires sous forme d’un dentifrice fluoré à usage quotidien.

LA DENTINE (tissu calcifié) est protégée par une couche d’émail et lorsque cette couche est attaquée et que la dentine est mise à nu, les tubuli (petits canaux) qui la composent et mettent en contact l’extérieur et l’intérieur de la dent, vont devenir apparents. Les terminaisons nerveuses font alors réagir aux agressions extérieures et déclencher la douleur qui peut aller d’un petit pincement jusqu’à une douleur vive et lancinante. Les produits actuellement disponibles se contentent de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires