Une sécrétion d’IL25 qui tue les cellules tumorales - Le sein se défend contre le cancer

Une sécrétion d’IL25 qui tue les cellules tumoralesLe sein se défend contre le cancer

18.04.2011

Les cellules normales du sein se protègent naturellement contre le cancer en sécrétant des facteurs anticancéreux, ont découvert des chercheurs. Le plus puissant de ces facteurs est l’interleukine25 (IL25) ; il provoque la mort apoptotique des cellules mammaires cancéreuses qui expriment le récepteur pour l’IL25 (IL25R), sans affecter les cellules normales. Cette découverte devrait ouvrir la voie au développement de thérapies ciblant les cancers du sein qui expriment le récepteur IL25R et ont tendance à être de mauvais pronostic.

  • Le développement de traitements pourrait prendre deux ans avant de pouvoir démarrer l’évaluation...

IL EST RECONNU de longue date que la prévalence du cancer est bien plus faible que ce l’on attendrait sur la base du taux de mutations de l’ADN. Des mécanismes naturels doivent donc exister pour contenir, supprimer ou éliminer les cellules cancéreuses dans l’organisme. Pourquoi donc ne pas exploiter ces défenses naturelles ?

Dans une précédente étude, Furuta et coll. avaient montré que les cellules épithéliales mammaires en phase de différenciation dans un système de culture...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires