Une seule application par jour, invisible et non collante - Psoriasis : un gel pour améliorer l’observance

Une seule application par jour, invisible et non collantePsoriasis : un gel pour améliorer l’observance

24.03.2011

L’observance du traitement dans le psoriasis représente un problème majeur. Selon une étude menée sur ce thème, 40 % des patients ne seraient pas observants. Les raisons invoquées sont liées au traitement lui-même, d’autres au prescripteur, à la maladie ou au malade. Présentée sous forme de gel, la nouvelle galénique de Daivobet permet de répondre aux principales attentes des patients grâce à sa simplicité et son confort d’application.

PLUSIEURS DONNÉES révèlent un paradoxe dans le comportement des patients : plus le psoriasis a un impact sur la qualité de vie, plus il limite les activités quotidiennes, plus il est jugé sévère par le patient, et moins l’observance est bonne. Parmi les raisons liées au traitement, la fréquence d’application joue un rôle important : une seule application quotidienne favorise l’observance, en revanche, plus d’une par jour constitue un véritable frein. Tout comme la fréquence d’application,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pénurie

À la Une Substitution contre ruptures de stock Abonné

Pour mieux prévenir et gérer les pénuries de médicaments, un rapport sénatorial suggère que le pharmacien puisse, à l'avenir, proposer au patient une substitution thérapeutique, en cas de rupture d'une spécialité. Cette mesure pourrait faciliter et sécuriser la pratique officinale. Commenter

Partenaires