35 ans après la légalisation de l’avortement - L’IVG pose encore question

35 ans après la légalisation de l’avortementL’IVG pose encore question

14.03.2011

35 ans après sa légalisation par la loi Veil, et en dépit de considérables progrès, tous les problèmes liés à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ne sont pas encore résolus et l’avenir soulève un certain nombre d’interrogations. La réunion « IVG 2011 », organisée à l’initiative du Pr Israël Nisand (1) a récemment fait le point sur les enjeux actuels.

POUR NATHALIE BAJOS, sociologue et démographe (2), il y a là un véritable paradoxe. Comment expliquer la relative stabilité depuis vingt ans du nombre d’IVG dans notre pays - 227 000 par an, soit 1 avortement pour 3 naissances - alors que, parallèlement, la contraception médicale est en progression constante ? « En fait, souligne la chercheuse, la baisse progressive du nombre de grossesses non prévues, grâce à la contraception, est compensée par une augmentation de la probabilité d’avoir...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
buzyn

À la Une Agnès Buzyn : ce qu'elle attend des pharmaciens Abonné

Dans un entretien avec « le Quotidien », la ministre de la Santé se félicite des premiers résultats positifs de l'expérimentation de la vaccination à l'officine. Agnès Buzyn se dit très attachée au maillage des pharmacies et juge nécessaire de faire en sorte que l’économie officinale soit de moins en moins dépendante du prix des médicaments. Pour elle, les pharmaciens ont toute leur place dans la... 4

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.