Du bon usage de l’automédication dans la douleur - Faut-il obligatoirement passer par la case médecin ?

Du bon usage de l’automédication dans la douleurFaut-il obligatoirement passer par la case médecin ?

12.10.2009

La douleur est un mal universel et elle est devenue un débat de société. Pour la combattre, le recours à l’automédication a pris une extension considérable en Europe, mais elle reste encore limitée en France, alors que vingt millions de nos compatriotes souffrent de douleurs chroniques. Faut-il passer obligatoirement par la case médecin ? L’automédication peut – elle représenter un risque de surconsommation médicamenteuse mettant en péril la santé des usagers ? Lors d’un colloque de la Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD), plusieurs professionnels de la santé ont réfléchi aux attentes actuelles des patients face à la douleur, et aux évolutions possibles à apporter à l’accès aux antalgiques.

QUAND LA DOULEUR survient, il faut avant tout en identifier la cause, puis rechercher le moyen de la soulager rapidement, avec un traitement adapté à visée étiologique et symptomatique. La prescription de l’antalgique tient compte du type de douleurs et des effets indésirables et/ou des contre-indications du traitement, dont la posologie, la fréquence des prises et la durée sont expliquées de façon précise et claire. « En automédication, la difficulté est de bien reconnaître la cause et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires