Les dix ans de la contraception d’urgence - Encore beaucoup d’idées reçues à combattre

Les dix ans de la contraception d’urgenceEncore beaucoup d’idées reçues à combattre

18.07.2009

La contraception d’urgence est disponible sans ordonnance en France depuis maintenant dix ans, et le moment est venu de faire le point sur cette décennie d’utilisation. Un constat s’impose : cette délivrance reste largement sous employée, par méconnaissance de son existence ou par absence de prise de conscience du risque de grossesse.

LA FRANCE a été le premier pays à offrir aux femmes l’accès libre à une contraception d’urgence (CU) par lévonorgestrel (NorLevo) auprès du pharmacien. Elle a été aussi le premier pays à avoir institué la dispensation possible dans les collèges depuis mars 2001, et la délivrance anonyme et gratuite en pharmacie pour les mineures depuis janvier 2002. Cette nouvelle prise de liberté a été difficile à faire accepter et il a fallu lutter contre un certain nombre d’informations alarmistes :...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 4

Partenaires