Les bases d’une voie thérapeutique - Prurit : une chance au grattage

Les bases d’une voie thérapeutiquePrurit : une chance au grattage

09.04.2009

Le prurit, on le sait, est soulagé par le grattage, mais par quel mécanisme ? Une étude chez le singe, publiée dans « Nature Neuroscience », suggère que le grattage inhibe la transmission du prurit dans la moelle épinière, précisément en inhibant les neurones spinothalamiques à l’origine de cette transmission. Cette voie de recherche pourrait conduire au développement de thérapeutiques plus efficaces que celles disponibles aujourd’hui pour calmer les nombreuses formes du prurit.

LE PRURIT est associé au désir de se gratter et, bien souvent, le soulagement est obtenu par le simple fait de se gratter la zone de peau prurigineuse.

Cependant, lorsque le prurit accompagne une dermatose ou une maladie systémique, le besoin incessant de se gratter provoque des cycles de démangeaisons-grattage qui endommagent la peau et exacerbent le problème, et les traitements du prurit ont une efficacité limitée.

Mais comment le grattage supprime-t-il le prurit ? Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires