Faux médicaments

Un marché juteux et peu réprimé  Abonné

Par
Publié le 22/01/2018

En Afrique ou en Asie, ce sont surtout des antipaludéens, des antirétroviraux et des traitements de la tuberculose qui font fructifier le marché de la contrefaçon de médicaments. En Europe, les traitements des troubles érectiles et les anabolisants font davantage recette. Mais tous les médicaments sont concernés, des antibiotiques aux anticancéreux. Ainsi, en juin dernier, ce sont des boîtes d’Harvoni falsifié, le fameux traitement contre l’hépatite C, qui se sont retrouvées dans le circuit officinal allemand. Le marché est juteux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte