Un impact non négligeable, selon la CPAM des Hauts-de-Seine  Abonné

Publié le 10/06/2014

À l’instar de la caisse nationale, les caisses primaires se mobilisent pour lever les réticences vis-à-vis des génériques. « Certains, qu’ils soient patients ou médecins, résistent encore à la substitution, souligne ainsi la CPAM des Hauts-de-Seine. Consommer du générique est désormais la règle et cette résistance tend à devenir abusive, notamment chez certains prescripteurs, parfois sous la pression de leurs patients. » Selon une étude menée dans le département francilien, la mention « non substituable » tend à se généraliser pour atteindre 10,4 % des boîtes en mars 2014.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte