Lutte contre la contrefaçon, le vol et le trafic de médicaments

Rencontre avec les gendarmes de la santé  Abonné

Publié le 05/12/2011
Il y a quelques mois, une enquête judiciaire permettait de mettre fin à un réseau criminel spécialisé dans le trafic de Rivotril. À l’origine du coup de filet, l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) qui œuvre depuis 2004 au sein de la gendarmerie nationale. Pour la première fois, le « Quotidien » a pu pénétrer le QG de l’OCLAESP dont l’une des missions premières est la lutte contre la contrefaçon, le vol et le détournement de médicaments. Une nouvelle criminalité face à laquelle le pharmacien ne peut pas rester tout à fait indifférent.
Colonel Thierry Bourret : " Notre pays est relativement protégé de la contrefaçon mais nous...

Colonel Thierry Bourret : " Notre pays est relativement protégé de la contrefaçon mais nous...
Crédit photo : dd

LA MOUSTACHE ne trompe pas, nous sommes bien dans une gendarmerie. C’est en effet dans l’imposant fort de gendarmerie d’Arcueil, à seulement quelques kilomètres du périphérique parisien, que siège le quartier général de l’office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP). Le Colonel Thierry Bourret, maître des lieux, nous reçoit. Une poignée de mains ferme, que contredit aussitôt un sourire bienveillant surmonté de rassurantes baccantes, et l’on entre aussitôt dans le vif du sujet. « Il y a seulement 7 ans, nous n’existions pas.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte