Quelques chiffres  Abonné

Publié le 29/06/2009

- En Suède et en Grande-Bretagne, où les mesures restrictives à l’égard du dextropropoxyphène sont déjà anciennes, le bénéfice-risque du produit a été jugé insuffisant au regard du nombre des décès annuels imputés aux surdosages : 200 en Suède, et de 300 à 400 en Grande-Bretagne.

- En France, le nombre des décès liés à un surdosage en Di-Antalvic s’élève à 65 par an, dont 90 % à la suite de suicides.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte