ITALIE

Les génériques ont encore et toujours du mal à décoller  Abonné

Publié le 14/02/2013
Malgré la crise, les génériques, pourtant totalement gratuits lorsqu’ils sont prescrits par un médecin traitant, n’ont toujours pas bonne presse en Italie. C’est le constat dressé par l’agence italienne du médicament, l’AIFA, dans un rapport publié la semaine dernière.
Les Italiens préfèrent payer plutôt que de se voir délivrer gratuitement des génériques

Les Italiens préfèrent payer plutôt que de se voir délivrer gratuitement des génériques
Crédit photo : dr

BIEN QU’ÉTRANGLÉS par une crise économique et financière sans précédent, les Transalpins refusent encore et toujours de troquer les médicaments princeps contre leurs équivalents. Mais pour rééquilibrer la balance, ils ont en revanche diminué leurs dépenses. « Nous sommes nous aussi frappés par la crise de plein fouet. Auparavant, nous réalisions une partie de notre chiffre d’affaires sur la vente de nos préparations galéniques et la parfumerie. L’an dernier, les ventes ont chuté et, cette année, nous nous attendons à pire », confie la pharmacienne Anna Porri.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte