Les bugs animent les blogs  Abonné

Publié le 10/09/2012

LA SUBSTITUTION au comptoir n’est pas toujours « un long fleuve tranquille ». Avec la généralisation du principe tiers payant contre générique cet été, les officinaux l’ont vérifié à maintes reprises. Certes, grâce à l’extension du dispositif, la substitution a progressé significativement en quelques semaines seulement. Mais à en croire les témoignages de terrain, cela ne s’est pas toujours fait sans mal. Pas toujours facile en effet d’expliquer au client qui préfère le princeps au générique que la dispense d’avance de frais sera désormais impossible.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte