Le switch plus difficile que l’initiation de traitement  Abonné

Par
Publié le 21/10/2019
Pour le Pr Dougados, rhumatologue à l’hôpital Cochin à Paris, la réussite du switch biosimilaire tient beaucoup dans la collaboration en équipe pluriprofessionnelle.

Pour le Pr Maxime Dougados, le doute n'est pas permis sur la valeur scientifique du biosimilaire. Ainsi, « toute initiation de biothérapie par un biosimilaire est bien acceptée, que ce soit par le médecin, le pharmacien ou le patient ». En revanche, la réussite du passage du médicament d’origine vers un biosimilaire est plus aléatoire. « Cela a été très facile de substituer à 100 % le rituximab (Mabthera) parce que tout le monde en a toujours parlé en DCI.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte