Prescription en DCI

Le Gemme regrette le faible taux  Abonné

Par
Marie Bonte -
Publié le 14/01/2016

Les révélations de l’enquête « Que Choisir » selon lesquelles 27 % seulement des prescriptions mentionnent la dénomination commune internationale (DCI), incitent le Gemme à réclamer au gouvernement une réelle politique de promotion de la prescription en DCI, une mesure pourtant fixée par le décret du 1er janvier 2015 et renforcée au printemps dernier dans le Plan d’action de promotion des médicaments génériques par le ministère de la santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte