Faible utilisation des génériques en France : le NS pas seul responsable, selon le GEMME

Publié le 20/05/2014

Le GEMME partage la position de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) sur la réserve nécessaire de l’assurance-maladie vis-à-vis des prescriptions médicales. Tandis que l’organisme payeur s’apprête à lancer une campagne pour identifier les utilisations atypiques de la mention « non-substituable » (NS), la CSMF réaffirme en effet qu’il ne devrait pas s’immiscer dans la prescription du médecin.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)