Des services sur prescription  Abonné

Publié le 05/09/2011

Dans la description des services que pourraient proposer les officines, les inspecteurs de l’IGAS précisent, pour beaucoup d’entre eux, qu’ils devront faire l’objet d’une prescription médicale préalable. Une position qui semble marquer un retour en arrière par rapport à l’esprit de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST). « La mission n’a pas considéré qu’elle devait construire ses propositions en fonction des positions des médecins, expliquent les auteurs du rapport.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte