Les mesures anti-rupture  Abonné

Publié le 12/09/2011

1- Rappeler les obligations de service public de chacun des acteurs et mettre en place des contrôles plus systématiques.

2- Identifier des zones de risque : établir une liste de classes thérapeutiques définies comme sensibles, c’est-à-dire présentant un intérêt majeur et à risque de rupture.

3- Demander aux titulaires d’AMM d’instaurer un plan de gestion des pénuries.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte