Soliris

Le très cher traitement des maladies rares  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 01/10/2015

Le prix des médicaments continue à défrayer la chronique. Alors que les États-Unis luttent contre des spéculateurs capables d’augmenter de plus de 5 000 % le prix d’un médicament vieux de 60 ans, le Canada essaie de réguler des prix qui lui semblent illégitimes. Après le cas Sovaldi, voici le cas Soliris. Ce traitement, dont le principe actif est un anticorps monoclonal, l’eculizumab, est indiqué dans deux maladies rares du sang : l’hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN) et le syndrome hémolytique et urémique (SHU) atypique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte