La France, parent pauvre de l’évaluation  Abonné

Publié le 01/03/2012

Le LEEM déplore que « les évaluations des autorités françaises continuent de se détériorer » et estime qu’il existe un décalage « préoccupant » avec les évaluations internationales sur le progrès thérapeutique. Ainsi, les industriels notent que la commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS) n’a accordé en 2011 « que 23 ASMR (amélioration du service médical rendu), dont une seule ASMR I (majeure), cinq ASMR III (modestes) et 17 ASMR IV (mineures) ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte