Johnson & Johnson de nouveau condamné pour son talc

Par
Publié le 11/05/2016

Aux États-Unis, le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson a été condamné par la justice du Missouri à verser 55 millions de dollars (plus de 48 millions d’euros) à une Américaine de 62 ans. Cette dernière estime que c’est le talc commercialisé par Johnson & Johnson, utilisé pendant des décennies pour son hygiène intime, qui est à l’origine du développement d’un cancer des ovaires. La plaignante a été diagnostiquée en 2011, puis opérée. Elle est aujourd’hui en rémission.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)