Fusion Pfizer-Allergan : le Trésor américain fait capoter la tentative d’exil fiscal

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 07/04/2016

La tendance n’est plus à l’exil fiscal et au laxisme des États. L’annonce de la fusion de l’américain Pfizer avec l’irlandais Allergan a provoqué l’ire des autorités américaines. Car l’opération annoncée à 160 milliards de dollars était aussi la plus grande inversion fiscale tous secteurs confondus, Pfizer ne cachant pas son désir d’installer son siège social en Irlande, où la fiscalité est plus favorable. Or les États-Unis travaillaient déjà de longue date aux moyens de freiner l’exil fiscal des multinationales américaines.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)