Maternité et VIH  Abonné

Publié le 06/02/2017
La survenue d’une grossesse ne fait pas interrompre un traitement antirétroviral déjà instauré mais peut le faire modifier (CI spécifique : éfavirenz tératogène). Le traitement sera envisagé le plus tôt possible chez une femme séropositive enceinte non traitée pour prévenir la transmission maternofœtale : il sera instauré au plus tard à 26 semaines d'aménorrhée et d'autant plus précocement (entre 14 et 26 semaines d'aménorrhée) si la charge virale est > 5 log ou s'il existe un facteur de risque d'accouchement prématuré.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte