Tests de grossesse

L’USPO mobilisé  Abonné

Publié le 16/12/2013

CE LUNDI, l’article 17 quater B du projet de loi consommation doit être débattu par les députés en deuxième lecture. Ce texte, qui prévoit la libéralisation de la vente de tests de grossesse et d’ovulation, continue à mobiliser les syndicats. « Nous connaissons trop les risques de mésusage et de mauvaise interprétation de ces tests, et par conséquent, les risques d’une augmentation des interruptions volontaires de grossesse », déclare Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte