Des risques sans garantie de baisses de prix  Abonné

Publié le 17/02/2014

L’autorisation de vendre des tests de grossesse dans les supermarchés passe mal du côté des officinaux. Mais aussi de certains députés et sénateurs. Les parlementaires UMP ont ainsi annoncé leur intention de déposer un recours auprès du conseil constitutionnel afin de faire annuler la mesure. Une démarche que déplore Michel-Edouard Leclerc. « Un test de grossesse c’est seulement un réactif, un contenant et un bâtonnet, explique-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte