Équiper l'officine

Comment désacraliser les objets de santé connectés  Abonné

Par
Hakim Remili -
Publié le 18/05/2017
Face aux réticences des pharmaciens et de leurs patients, pas facile de vendre des objets de santé connectés, la demande n’est pas vraiment là, l’aspect connecté intrigue au mieux, indiffère le plus souvent. Les prestataires qui commercialisent de tels produits se mobilisent pour convaincre à la fois les patients et l’ensemble des professionnels de santé de l’intérêt de ces objets dans le cadre de suivi de soins. Mieux que des produits, il faut vendre des solutions autour de spécialités que le pharmacien aura choisies au préalable.
objet

objet
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

tab

tab
Crédit photo : Caroline Victor-Ullern

« Les débuts sont difficiles », « on n’arrive pas à mettre en valeur l’intérêt du connecté », « le marché n’augmente pas autant qu’on le souhaiterait. » Le constat est peut-être amer, mais il est incontournable. Les objets de santé connectés, pour l’instant, ça ne marche pas. En tout cas pas en pharmacie. Les différents prestataires qui s’y sont lancés le reconnaissent volontiers tout en nuançant le discours d’un brin d’optimisme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte