Beauté du cheveu

Une filière éthique pour le beurre de karité  Abonné

Publié le 26/04/2012
En avril 2007, la rencontre entre une jeune entreprise burkinabé spécialisée dans la production du beurre de karité et le groupe Pierre Fabre a donné naissance à un projet éthique. Après cinq ans d’une collaboration à la fois humaine, technique et économique, le groupe a monté une nouvelle filière d’approvisionnement en beurre de karité, dans la pure tradition africaine.
Concilier les exigences de qualité et le savoir-faire ancestral

Concilier les exigences de qualité et le savoir-faire ancestral
Crédit photo : rené furterer

LE KARITÉ, véritable « or vert » du Burkina Faso, est un secret de beauté réputé depuis des temps immémoriaux pour sa richesse incomparable en agents nutritifs. Pionnier dans l’utilisation du beurre de karité depuis 1983, René Furterer en a fait le soin emblème de la beauté du cheveu au sein de sa gamme mythique et historique. Créée en 2004, la Sotokacc (société Toussiana karité comestibles et cosmétiques), petite entreprise locale de Toussiana, au Burkina Faso, assure déjà un revenu régulier et une autonomie sociale à seize femmes burkinabés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte