Lydia Boucher

Dirigeante du cabinet Lydia Boucher Consultant  Abonné

Publié le 23/03/2009
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Le marché de la cosmétique naturelle est en pleine expansion. Le pharmacien doit-il s’y impliquer ?

LYDIA BOUCHER.- Ce marché a le vent en poupe, il est de plus en plus demandé par les consommateurs et a un grand avenir devant lui. S’il représente 3 % du marché global des cosmétiques, il progresse de 30 à 40 % chaque année, tandis que les consommateurs se méfient des produits traditionnels après le scandale des parabens et ils sont sensibilisés au développement durable et au bio.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte