Les produits-conseils

Publié le 11/09/2020

La délivrance de ceintures lombaires, attelles, colliers cervicaux fait la plupart du temps suite à une prescription afin d’écarter d’autres diagnostics et du fait de leur prise en charge LPPR. De nombreux conseils peuvent être fournis lors de la dispensation.Ceintures lombairesLes ceintures de soutien lombaire sont en général des ceintures souples, élastiques, avec des baleines postérieures souples ou rigides pour stabiliser la zone lombaire et éventuellement des baleines antérieures pour renforcer le maintien abdominal. Des sangles permettent d’ajuster le serrage. La contention est fonction de trois éléments : la force et la qualité de l’élastique utilisé, l’importance du baleinage et le serrage de la ceinture.Certaines ceintures de soutien lombaire comportent en plus des bandes croisées dans le dos ou des sangles supplémentaires pour renforcer le soutien.Différents modèles existent, selon la morphologie du patient, ou encore selon son activité (station assise prolongée, station debout prolongée, travail de force…).Certaines ceintures se portent à même la peau (ceintures sans couture ou avec un tissu adapté), certaines proposent des découpes anatomiques pour libérer hanches et côtes, certaines proposent un double serrage, certaines ceintures possèdent un compartiment pour glisser une poche thermique…Elles existent souvent en 2 hauteurs différentes (21 et 26 cm), et en plusieurs tailles qui dépendent de la mesure du tour de taille au niveau du nombril.Colliers cervicauxLes colliers de type C1 sont indiqués dans les torticolis. Ce sont des colliers cervicaux souples, en mousse, recouverts de jersey de coton, qui existent aussi avec forme anatomique (pour une bonne repose au niveau des maxillaires et du larynx).Certains colliers cervicaux C2 sont indiqués dans les torticolis. Ce sont des colliers semi-rigides : une plaque centrale rigide est intégrée au collier, il peut selon les colliers être amovible.Pour prendre la mesure du tour de cou, mesurer entre la trachée et le menton. Pour prendre la mesure de la hauteur de cou, mesurer de la trachée au menton, tête droite, regard vers l’horizon. L’essayage permet de valider les mesures.Attelles de chevilleCertaines chevillères élastiques de maintien sont indiquées en cas d’entorse bénigne : en agissant par proprioception, elles réduisent la douleur et l’œdème.Les chevillères ligamentaires sont indiquées dans les entorses bénignes et parfois dans les entorses moyennes. En tissu élastique, elles maintiennent les ligaments latéraux par un système de compression proprioceptive et de sanglage, ou encore par un système de serrage spécifique. Les mouvements de flexion ou d’extension sont maintenus.Pour prendre les mesures d’une chevillère, mesurer la circonférence du tour de cheville au-dessus de la malléole.Les orthèses stabilisatrices de cheville sont indiquées dans les entorses bénignes ou moyennes. Elles possèdent des coques rigides latérales qui permettent un bon maintien de la cheville. Certaines contiennent des inserts gonflables pour une adaptation morphologique optimisée, d’autres des coussins réfrigérants pour effectuer des séances de froid en cas d’œdème…Chaque orthèse a ses particularités supplémentaires pour assurer le confort du patient : revêtement thermorégulant, intérieur en nid d’abeille, partie inférieure affinée pour faciliter le port de la chaussure, évidemment malléolaire ou cellules pneumatiques pour le confort malléolaire, mousse à mémoire de forme…Pour prendre les mesures, on prend en compte plusieurs critères qui sont différents selon les fabricants : la taille du patient ou la pointure.En cas d’entorse grave, c’est la botte d’immobilisation qui sera prescrite.  


Source : lequotidiendupharmacien.fr